Histoire du développement durable

Current Size: 100%

Version imprimableSend by email
share
HISTOIRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

 

 "Le développement durable est un développement qui satisfait les besoins de la génération actuelle
sans priver les besoins des générations futures."  

Cette définition du développement durable a été donnée officiellement en 1987 dans le cadre du rapport Our Common Futur établi par la Commission des Nations Unies (rapport rédigé par Mme Gro Harlem Bruntland alors premier ministre de la Norvège).

 

Les finalités du développement durable 

 "La nécessité d'un développement durable résulte d'un constat simple et incontournable : la croissance démographique (2 milliards d'habitants en 1960, 6 milliards aujourd'hui, 9 milliards en 2050, selon les prévisons de l'ONU) et la généralisation d'un mode de développement fondé avant tout sur l'accroissement de la production des biens matériels, conduisent à une pression sur les ressources naturelles incompatible avec leur préservation pour les générations à venir, sans pour autant garantir un partage équitable des richesses."

(Source : Cadre de référence pour les projets territoriaux de développement durable et Agenda 21 locaux-Ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement Durable et de l'Aménagement du Territoire)

La représentation schématique la plus souvent retenue pour décrire le développement durable est celle qui vous est présentée ci-dessous. Le développement durable s'inscrit à la rencontre des trois grandes composantes de notre société que sont l'écologie, l'économie et le social (la culture est de plus en plus évoquée comme une 4ème composante). Ce point de rencontre est un point d'équilibre fragile. Le développement durable est un développement économiquement viable, écologiquement vivable et socialement équitable.

LES DATES CLÉS

1951 : L'Union internationale de conservation de la nature (UICN)
L'UICN rédige le premier rapport sur l'état de l'environnement dans le monde.

1970 : Le Club de Rome
Dans le milieu des années 60 se constitue un groupe de savants et d'intellectuels du monde entier qui publie en 1971 un ouvrage "Halte à la Croissance" où sont dénoncés les dangers d'une croissance économique et démographique exponentielle.  

1972 : Conférence de l'ONU à Stockholm
Cette conférence sur l’environnement humain avance le concept d’écodéveloppement, elle cherche à réconcilier développement humain et développement économique. Elle préconise la remise en cause des modes de développement du Nord et du Sud. Elle aboutit à la création du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) et du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).

1987 : Rapport Bruntland

1992 : Sommet Planète Terre à Rio de Janeiro
Devant l'inertie des pays face à ces constations, les Nations Unies organisent une conférence qui doit permettre de donner un cadre au développement durable. 178 pays adhèrent à la déclaration de Rio. Elle décline en détail le développement durable sous la forme de 27 principes  et d'un Agenda 21 planétaire ou "Action 21".

1998 : Protocole de Kyoto
Il fixe des objectifs de réduction des émissions de gaz à effets de serre pour les pays industrialisés pour la période 2008-2012 (- 5,2 %). Son application se heurte à un refus de signature de plusieurs États (États-Unis, Russie...) ainsi qu'à la mise en oeuvre de mécanismes de flexibilité, les "permis de polluer".

2002 : Sommet de Johannesburg
Il réaffirme les principaux points évoqués précédemment, insistant sur l'importance de l'élimination de la pauvreté, de la modification des modes de production et de consommation, de la protection des ressources naturelles...

2005 : Charte de l'environnement
En France, le Parlement réuni en Congrès adopte la "Charte de l'Environnement" adossée à la constitution.

2009 : Sommet de Copenhague
Les engagements de Kyoto prenant fin début 2013, un accord international de lutte contre le réchauffement climatique devait prendre sa succession lors du sommmet de Copenhague (Danemark). Mais le sommet de Copenhague s'est soldé par un échec, aboutissant à un accord à minima sans engagement chiffré, daté, précis et juridiquement non contraignant.